Québec : mode d'emploi

Québec : mode d'emploi

Le Québec, vu, analysé et expliqué avec humour par une Franco-Québécoise de souche. S'invitent parfois coups de coeur, coups de gueule et chroniques, ayant ou non rapport avec la Belle Province. Bienvenue et bonne lecture !

Les restaurants "Apportez votre vin"

Restaurant "Apportez votre vin" (photo : alvimann, Morguefile)

Restaurant "Apportez votre vin" (photo : alvimann, Morguefile)

Après avoir fait le point sur le doggy bag, je vous présente aujourd'hui une autre particularité que l'on rencontre beaucoup ici : les restaurants "Apportez votre vin". D'ailleurs si je ne me trompe pas, c'est à Montréal qu'est née cette coutume, il y a une trentaine d'années.

 

Tout est dans le nom : au Québec, nombreux sont les restaurants qui proposent à leurs clients d'arriver avec leur(s) bouteille(s) de vin, histoire de passer une bonne soirée sans trop se ruiner car si, on passe une bonne, même une meilleure soirée quand c'est du vin qui remplit les verres.

 

Si.

 

La raison de cette fantaisie ? Au Québec, le vin est très cher - une malédiction encore plus violente au restaurant puisque le vin y est en moyenne trois fois plus coûteux qu’en magasin. À ce propos, sachez qu’ici l’alcool est régi par le gouvernement et ne peut s’acheter que dans les succursales de la SAQ (la Société des Alcools du Québec). L’on peut tout de même acheter quelques bouteilles de vin dans les supermarchés, sauf si l’on aime le bon vin ou les choix limités.

 

Bien. Mettons tout de suite les choses au clair. Je sens qu’il le faut… Que vous vous emballez trop vite…

 

On apporte sa bouteille, certes, mais on ne débarque pas non plus avec ses verres à vin, son tire-bouchon, son décanteur et son lecteur dvd.

 

J'imagine que vous mourez d'envie de savoir comment la chose se déroule... Comment il est possible d'apporter son vin mais se le faire servir par le serveur, dans les verres à vin du restaurant, le tout sans passer pour un grossier personnage... Tout cela doit vous sembler bien exotique et surtout, très excitant ! Ça l’est, en effet. Exotique je veux dire.

 

Voici, dans l’ordre chronologique, la marche à suivre. 1) Entrez dans le restaurant. 2) Installez-vous. 3) Posez votre bouteille de vin sur la table. 4) Laissez le serveur faire son travail. 5) À la vôtre !

 

C'est aussi simple que cela. Il n'y a pas de code, de technique subtile, de regard particulier, de geste de la main défini, de truc précis à dire en douce au serveur pour lui indiquer que l'on a apporté sa bouteille et qu'on aimerait qu'il l'ouvre. Il a l'habitude et le fait tout naturellement. Ne soyez donc pas coincé ou mal à l'aise et posez franchement votre bouteille sur la table. À ce propos, sachez que les étapes 2 et 3 peuvent être inversées sans problème…

 

Nouveaux immigrés québécois je vous donne un petit exercice d'intégration : apportez votre bouteille de vin dans un resto et repartez ensuite avec un doggy bag. Après ça, personne n'aura plus le droit de vous traiter de « Maudit Français »*. De plus, vous serez fier de raconter cette petite anecdote sur votre page Facebook.

 

Sachez qu’apporter son vin au resto avec distinction, c’est possible. Premièrement, on choisit un resto « Apportez votre vin ». (On ne peut pas se tromper, c'est écrit dans la vitrine et sur le site Internet.) N'arrivez pas dans un restaurant qui n'offre pas cette option avec votre bouteille à la main ou vous allez vraiment passer pour un con.

 

Deuxièmement, ne débarquez pas avec un vin destiné à se retrouver dans la casserole et uniquement dans la casserole, en compagnie d'une belle pièce de viande et ses petits légumes du jardin. Faites un effort et dépensez au moins 13 dollars.

 

Troisièmement, on n'arrive pas avec une bouteille entamée, de grâce !

 

Quatrièmement, on fait en sorte de ne pas repartir du resto avec sa bouteille de vin inachevée... Ça, ça fait péquenaud. Il y a des limites au pragmatisme... On peut donc arriver avec la bouteille et repartir avec le doggy bag, mais on ne repart pas avec et le doggy bag et la bouteille ! On fait comme mon conjoint et moi et on transvide discrètement le reste de sa bouteille de vin dans le biberon vide de son bébé. (Il s’agissait d’un Gewurztraminer, je suis née à Strasbourg, et nous étions tous les deux très fatigués. Que pouvions-nous faire d’autre ?)

 

Enfin, on ne se présente pas avec sa caisse de bière car premièrement, vous ne serez pas accepté dans le restaurant - le vin oui, mais la bière, non ! - et deuxièmement, vous passerez pour le plouc de l'année. Quoique... Une fois j'ai vu un resto "Apportez votre vin mais aussi votre bière"... Une seule fois.

 

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter un bon appétit et vous rappeler que « la modération a bien meilleur goût » (équivalent québécois de « tu t'es vu quand t'as bu ? »).

 

 

 

Un peu de vocabulaire :

 

Lorsque les Québécois parlent de « Maudits Français », ils font allusion à la toute petite frange de Français qui croient tout savoir, se prennent pour le centre de l’univers et affichent ouvertement leur sentiment de supériorité à l’égard des Québécois... et du reste de la planète. Toute petite frange j’ai dit... !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

alex 22/02/2017 16:18

Par contre du coup, est-ce que si on arrive sans vin on rentre en vain ? On pourra quand même déguster ?

Franco-québécoise 30/03/2017 17:46

Très sympa jeu de mots ;-) Bien sûr, on peut manger quand même.

ericka 26/11/2016 20:30

Article plein d'humour ! Mais petite correction ! Je suis propriétaire d'un restaurant "apportez votre vin " et les clients ont le droit d'apporter autant la bière que le vin. Inutile que ce soit précisé sur la vitrine. Les alcools interdits sont les alools forts et autre composé comme la bière avec de la vodka !

Franco-québécoise 30/11/2016 03:13

Merci pour la rectification, Éricka :-)

olivier montulet 03/04/2016 20:30

Modification à la loi: Les clients d’un restaurant pour servir peuvent donc désormais y apporter, en plus du vin, de la bière ou des « coolers ». (pas de spiritueux)