Québec : mode d'emploi

Québec : mode d'emploi

Le Québec, vu, analysé et expliqué avec humour par une Franco-Québécoise de souche. S'invitent parfois coups de coeur, coups de gueule et chroniques, ayant ou non rapport avec la Belle Province. Bienvenue et bonne lecture !

Le dimanche, c'est brunch au menu !

Un bon brunch nord-américain

Un bon brunch nord-américain

Patates, oeufs, saucisses, jambon, bacon, fèves au lard, fruits, crêpes, pain, petites barquettes de confiture, de beurre de cacahuètes, et café à volonté, le tout dans une ambiance décontractée, conviviale et à prix plus qu'abordable : c'est ça, le brunch, et c'est mon truc ! Notre truc en fait, à nous, habitants de l'Amérique du Nord.

 

Alors... Par où commencer... ?

 

Mais c'est génial le brunch ! Génial ! Comment se fait-il que le concept ne soit pas plus présent que cela en France ? Ma collection de vernis à ongles que ça connaîtrait un énorme succès ! Avis à tous les restaurateurs de France : on se met au brunch (mais on ne charge pas 25 euros par personne ! Car ce qui fait la popularité du brunch en Amérique du Nord, au Québec en tout cas, c'est aussi son prix dérisoire - plus ou moins 10 dollars, environ 7 euros). Ah mais on me dit dans l'oreillette que le brunch commence à être à la mode en France... A Paris surtout... Cela dit, il semble plus raffiné, plus cher aussi... Mince ! Moi j'aime mettre du ketchup sur mes patates (oui, même à 8 heures du matin) et boire du café dans une grosse tasse sans soucoupe. Que voulez-vous, quand je me suis réveillée il y a moins de deux heures, je n'ai pas envie de me montrer délicate en reposant mon café sur la table.

 

Brunch... c'est mignon comme nom.  Contraction de breakfast et lunch je parie !

 

Exactement ! En anglais le breakfast est le petit-déjeuner et le lunch, le repas du midi (lequel est appelé dîner au Québec et déjeuner en France). Le brunch fait donc office de petit-déjeuner et de déjeuner. D'où le mélange de salé/sucré, le look gargantuesque que le cuisinier confère à l'assiette et la popularité du concept, tout simplement. Mais le brunch n'offre pas seulement du 2 en 1 pour le repas ; il propose aussi un mariage de deux ambiances : l'ambiance chez maman (ou chez mamie) et l'ambiance restaurant. Inutile de préciser que c'est très, très, très sympa comme truc. De plus, pour une raison que j'ignore, le matin a un je-ne-sais-quoi de convivial, de plus chaleureux. Ça sent le café et le pain grillé, déjà, mais en plus tout le monde est de bonne humeur, souriant et heureux de vivre (ce qui n'est pas toujours le cas le soir).

 

Des femmes dévouées... Très, très gentilles

 

Les serveuses dans les restaurants proposant le brunch, en moyenne âgées de 50 à 65 ans, sont particulièrement aux petits soins. Elles sont à la fois envahissantes à toujours vouloir nous resservir du café et nous demander si "tout est beau" (= "tout va bien, avez-vous besoin de quelque chose ?"), mais elles respectent aussi le fait que nous nous sommes réveillés il y a moins de deux heures, que nous sommes donc encore fragiles et dans notre bulle, que nous émergeons, quoi...

 

A tous ceux qui ne sont pas d'accord, qui trouvent que non, les serveuses à l'heure du brunch ne sont pas particulièrement aux petits soins, je dirai la chose suivante : que celui qui n'a jamais eu envie d'appeler une serveuse-de-brunch "maman" me jette la première tomate-cerise.

 

Ce qui est bien...

 

Lorsque l'on va bruncher, on arrive généralement affamé puisque l'on s'est volontairement privé de petit-déjeuner. En revanche, et c'est ça qui est super, on en ressort littéralement bourré, tellement bourré qu'il faut retarder de deux heures tous ses plans pour le reste de la journée. En tout cas, moi, je n'ai jamais eu envie d'aller me faire une partie de tennis après avoir brunché. Je veux bien monter un escalier, mais c'est tout.

 

Ok, mais j'aimerais qu'on revienne sur le truc du café à volonté... Comment ça marche ?

 

Eh bien c'est très simple, la serveuse passe régulièrement avec sa cafetière, elle te propose de te verser à nouveau du café, et ce dès que ta tasse n'est plus complètement remplie. En gros, toutes les trois gorgées que tu bois, on te repropose du café... Un "réchaud" comme on dit ici (ou refill). Et c'est de là que vient tout le paradoxe de l'état post-brunch : le client est à la fois affaibli et sans grand tonus à cause de son estomac plein à-ras-bord mais aussi surexcité par son litre et demi de café ingurgité. L'idéal pour retourner t'étendre chez toi et mettre un film compliqué, c'est-à-dire un film avec Leonardo Di Caprio et Marion Cotillard.

 

Sept jours sur sept

 

Quand on pense brunch, on pense souvent dimanche. Cela dit, il est possible de bruncher tous les jours de la semaine. Les restaurants proposant le brunch ouvrent très tôt (autour de 6 heures). Donc même les gens qui commencent le boulot à une heure qui devrait être gommée de l'horloge peuvent faire un saut au resto et prendre des forces en lisant le journal. En plus, avant une certaine heure (8 ou 9 heures), certains établissements proposent le brunch à un prix plus que dérisoire (3 dollars environ). Super, non ?

 

Anecdote plus ou moins croustillante mais que j'ai envie de raconter pour montrer que j'aime détourner les règles, être une rebelle

 

Un jour, lorsque je faisais l'un des métiers les plus difficiles au monde (aide-soignante), j'ai été très, très, très vilaine... Plus vilaine tu meurs. Non, je n'ai pas envoyer ch*** une patiente sénile qui me traitait encore une fois de sa****, mais j'ai fait demi tour cinq minutes avant d'arriver au boulot pour finalement aller rejoindre mon homme au resto et m'envoyer un bon gros brunch avec lui, avant de passer une bonne journée en amoureux, toujours avec lui, plutôt qu'une mauvaise journée au travail. Si ça ce n'est pas être rebelle ! J'imagine que vous mourez d'envie de savoir ce que j'ai dit à la réceptionniste lorsque j'ai téléphoné pour que l'on me remplace ? Comme tout le monde qui n'a pas envie d'aller travailler : j'avais la gastro. (Désolée pour ceux qui s'attendaient à ze chute. Je ne peux pas tout le temps être drôle et originale ! Surtout quand je dois faire croire à quelqu'un que je suis extrêmement, extrêmement, extrêmement malade.)

 

 

La question SMS du jour : toi oci taime pa sa lé film compliké ?

 

 

(Une prochaine fois... dans une semaine, un mois... : Lexique pour comprendre un menu de brunch québécois ainsi que les questions de la serveuse.)

 

À lire également :

- L'épluchette de blé d'Inde : un incontournable au Québec

- Les restaurants "Apportez votre vin"

- Voulez-vous un doggy bag, madame ? Mais voui, absolument !

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Beah 22/03/2012 19:59

Complètement adopté le brunch chez nous, sauf que, pas question de ne pas déjeûner en me levant : je déjeune (un peu) et brunch plus tard!

Franco-québécoise 22/03/2012 22:46



Oui moi aussi je triche un peu en fait... :-) Il faut dire que si je n'avale rien dans le quart d'heure suivant mon réveil, je suis au bord de l'évanouissement...