Québec : mode d'emploi

Québec : mode d'emploi

Le Québec, vu, analysé et expliqué avec humour par une Franco-Québécoise de souche. S'invitent parfois coups de coeur, coups de gueule et chroniques, ayant ou non rapport avec la Belle Province. Bienvenue et bonne lecture !

Les noms et prénoms au Québec

enfants.jpgGD. Ce sont les initiales d'un Français lambda. Gérard Dupont (ou Dupond). Germain Dauville. Gaëlle David. Gisèle Dupuis, etc.

 

Hé ! Ho ! Les Georges et Gabriella dont le nom de famille commence par D, ne vous vexez pas ! Mais comprenez que je ne peux pas citer tout le monde.

 

Il y a aussi plus simple. Une seule initiale. R (Renaud), N (Nagui), C (Cloclo, ou Carlos), M (Montesquieu).

 

Mais il y a aussi un peu plus long si l'on a un prénom ou un nom de famille composé ou à particule : JMM (Jean-Marc Morandini) ; YSL (Yves Saint-Laurent) ; LDF (Louis de Funès) ; NKM (Nathalie Kosciusko-Morizet) ; NTM (Nous T'aimons Marianne).

 

Il y a encore plus long :

 

JMLP (Jean-Marie Le Pen) ; PPDA (Patrick Poivre d'Arvor) ; HDTL (Henri de Toulouse Lautrec).

 

Il y a mignon :

 

BB (Brigitte Bardot, bien sûr, mais aussi Bérénice Béjo).

 

Il y a qui peut faire sourire, ou instaurer un léger malaise (Attention ! Que les enfants qui sourient ! Car si des adultes sourient c'est qu'ils sont homophobes !) : PD (Philippe Delerm, Patrick Dewaere, Pierre Desproges).

 

Il y a qui peut faire sourire, encore (Attention, cette fois tout le monde peut sourire ! Les adultes se feront traiter, au pire, de gamins ou d'attardés) : PT (Patrick Timsit, Pierre Tchernia).

 

À propos des lettres PD et PT accolées, j'aimerais faire une parenthèse. Le type qui conçoit les pancartes d'ophtalmologie s'est-il mis une seule seconde à la place des gens qui vont lire ses pancartes devant un professionnel de la vue ? Sait-il qu'à cause de lui, mes visites chez l'ophtalmo lorsque j'étais enfant me traumatisaient ? Je les redoutais car je savais qu'à chaque fois j'allais rire au moment de lire les lettres P et T ou P et D successivement et par conséquent me prendre la honte devant l'ophtalmologue. "Oui mais tu n'avais qu'à marquer une pause entre les deux lettres, faire semblant d'avoir du mal à lire", me diront certains. Eh bien c'est ce que je faisais, figurez-vous. Mais même en marquant une pause, je riais... Avis à tous les concepteurs de panneaux d'ophtalmologues, donc : ne plus mettre les lettres D ou T après le P. (Je trouve quand même incroyable qu'il faille vous le dire ! N'avez-vous pourtant pas fait d'études supérieures ?)

 

Enfin, il y a des initiales qui évoquent l'au-delà : JC (Jésus-Christ, Jacques Cheminade).

 

Où est-ce que je veux en venir ? Aux différences France-Québec, comme toujours.

 

Si je vous dis JP, Jean-Mi, JF, JC ou JB, vous savez tout de suite à quel prénom je fais allusion. Mais si je vous dis MA ou LK ? Je suis sûre que vous faites tout de suite moins les malins. LK ce sont les initiales de Louis-Karl, et c'est un prénom que l'on entend relativement souvent au Québec. Et MA alors ?

 

Non, il ne s'agit pas de Mohamed-Amine, le prénom composé masculin le plus donné en France aujourd'hui.

 

Je vous donne cinq secondes pour trouver...

 

Quatre.

 

Trois.

 

Deux.

 

Un.

 

Zéro.

 

Alors, vos propositions ?

 

Marcel-Arsène ? Non.

 

Mathieu-Anatole ? Non. Mais c'était bien essayé.

 

Michel-Arnaud ? Non plus.

 

Maurice-Antonin ? Non plus.

 

Manuel-Antoine ? Encore non plus.

 

Il s'agit de Marc-André. Ah ! Les Marc-André ! Ils pullulent au Québec. Si j'en crois l'âge moyen de tous les Marc-André que j'ai croisés au Québec, ce prénom était très à la mode dans les années 70 et 80. Maintenant c'est Charles-Antoine qui vole la vedette.

 

Pierre-Karl, Pierre-Olivier, Louis-Pierre, Félix-Antoine, Félix-Olivier, Louis-Félix, Charles-Olivier, Charles-Alexis, Pierre-Luc, etc. sont aussi assez courants. Eh oui, les Québécois, innovent, "inusitent", ne se prennent pas la tête. Papa et maman hésitent entre Alexis et Thomas ? No souçaille : ce sera Alexis-Thomas. Papa et maman, toujours, hésitent entre Laura et Camille ? Exit pile ou face, la courte paille, la ploum et l'opinion des mamies. Elle s'appelera Laura-Camille.

 

Chez les filles aussi, naturellement, la variété est à l'honneur. Bien sûr le Québec a aussi son lot de Marie-Christine et Marie-Claude mais les Marie-Soleil, Marie-Maude, Sarah-Maude, Léa-Maude, Kelly-Ann(e), Carole-Ann(e), Sarah-Jade et Sarah-Jeanne, entre autres, sont également très présentes, sans oublier les Lily-Rose qui, si j'en crois les statistiques, vont être très nombreuses dans les écoles primaires d'ici quelques années, d'un côté de l'Atlantique comme de l'autre.

 

Autre grande différence avec la France : les noms de famille. En France, la coutume veut que l'enfant prenne le nom de famille de papa et que madame prenne le nom de famille de monsieur après le mariage. Au Québec, c'est différent. Il n'est pas rare qu'un enfant ait le nom de famille de sa mère ou celui de son père et de sa mère accolés. Ajoutez à cela un prénom lui aussi composé et vous obtenez un truc qui ne rentre pas forcément au complet sur l'étiquette de la sonnette. Vous me direz, on s'en fout, car même s'il n'y a aucun nom du tout à côté du bouton de la sonnette, maintenant, on a le téléphone portable. Et comme on appelle un premier coup pour annoncer que ça y est, on vient enfin de partir de chez soi ; un deuxième coup pour annoncer que ça y est, on est enfin sorti des embouteillages et on arrive dans cinq minutes ; et un troisième coup pour dire que ça y est, on est enfin en bas, devant la porte, eh bien on n'a même plus besoin de sonner. Pratique hein !

 

Oui mais si mon invité n'a pas de portable ? Bien c'est tout simple. Vous lui expliquez calmement et il comprendra. Dites-lui "écoute, j'ai pas beaucoup de place sur l'étiquette de ma sonnette, alors j'ai mis que mon premier nom de famille, ok ?"

 

Enfin en ce qui concerne le mariage, la femme garde son nom de jeune fille. Elle peut se faire appeler par le nom de son mari dans sa vie sociale si elle le souhaite, mais pour tout ce qui est administratif, c'est avec son nom de jeune fille que ça se passe.

 

Le commentaire du jour : je vais faire ma raciste, ma xénophobe et mon islamophobe et dire que le fait que le prénom composé le plus donné en France soit Mohamed-Amine ne me laisse pas complètement indifférente et m'incite à la réflexion. Quelqu'un pourrait dire à Josiane Balasko ou une autre personnalité du showbizz de mettre un commentaire sur sa page Facebook afin que je sache quoi penser ? Sinkiou et gros bisous !

 

 

(photo : wallyir, Morguefile)

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

patquebec 11/05/2012 22:34

A Bruxelles, le prénom le plus donné cette année est... Mohamed :)

Franco-québécoise 12/05/2012 05:47



Incroyable quand même ! A Marseille et en Seine-Saint-Denis aussi...