Québec : mode d'emploi

Québec : mode d'emploi

Le Québec, vu, analysé et expliqué avec humour par une Franco-Québécoise de souche. S'invitent parfois coups de coeur, coups de gueule et chroniques, ayant ou non rapport avec la Belle Province. Bienvenue et bonne lecture !

Le lait au Québec : tout savoir, tout comprendre, s'imprégner du concept

DSCF9965Le titre de ce blog est "Québec : mode d'emploi" ; c'est pourquoi je me dois de consacrer un article au lait. Mais attention, je ne parle pas du lait en général, je parle du lait... au Québec ! Une institution ici. Une religion. Un état d'esprit. Un art de vivre. Une boisson hautement appréciée, consommée et respectée.

 

Oui

 

Oui, les Québécois sont de grands buveurs de lait, tout comme le reste des Nord-Américains. À table, il n'est pas rare de voir les verres remplis de lait plutôt que d'eau (ou de vin). Ce phénomène ne se limite d'ailleurs pas seulement aux heures de repas : une petite soif avant de se coucher, hop un verre de lait.

 

Hop un verre de lait en tout temps, donc. Les Québécois aiment le lait et y tiennent. La preuve : lorsque que quelqu'un vit dans un coin un peu reculé, à plus de 10 minutes des commerces, on lui dira dans 90% des cas : "Ouais... C'est bien chez toi... C'est intime, c'est tranquille, j'aime bien la vue sur le lac et ton salon d'inspiration tibétaine... Mais ça fait un peu loin pour aller acheter ta pinte de lait...". On ne parle pas du fait que c'est loin pour aller acheter son paquet de cigarettes ou faire ses courses, carrément, non, on parle du lait.

 

(En passant, une "pinte" est une mesure anglo-saxonne et correspond à un peu plus d'un litre. Très employé ici.)

 

Du plastique et du carton  

 

Autre chose à savoir : au Québec le lait ne se présente pas de la même façon qu'en France. En effet, la grande majorité des marques de lait est vendue dans des sacs de plastique ou des "boîtes-bouteilles" d'un ou deux litres, en carton. (Mais l'intérieur n'est bien sûr pas en carton.) Comme vous pouvez le constater sur la photo, c'est très original et exotique lorsque l'on voit ça pour la première fois. Après, on s'habitue...

 

Ok, mais moi je viens d'une petite commune du Puy-de-Dôme (Buxières-sous-Montaigut pour être exact), et je ne comprends pas comment ça marche

 

Alors évidemment il faut mettre le sac de lait dans quelque chose, un récipient... Cela s'appelle le pichet à lait. C'est bien parce que c'est facile à retenir comme nom. Ce n'est ni anglais ni loufoque, juste très logique. Pour le reste on coupe un coin du sac avec des ciseaux et on verse. Voilà, ce n'est pas plus compliqué. Inutile de préciser qu'il faut mettre le sac de lait dans le pichet avant de couper le coin, bien sûr... !

 

Dans certains foyers québécois, la manière d'ouvrir le sac de lait est source de disputes, cris et frustration. "Arrête de faire des trous aussi gros !! Ça coule trop vite !!!" ; "Pourquoi faut toujours que tu fasses des trous aussi petits quand tu ouvres le maudit sac de lait ? Ça fait 20 minutes que j'essaie de remplir mon verre !!!" ; "Qui c'est qui a encore ouvert le sac de lait avec un couteau !!!?? Si les ciseaux sont pas dans le tiroir, ils sont dans le lave-vaisselle !!! Le lave-vaisseeellllleeee !!!!!!!!!!!!!!!!"

 

La morale de ce paragraphe : on se met tous d'accord sur la dimension idéale de l'ouverture du sac de lait, et on n'utilise que les ciseaux. Pour plus d'informations, me contacter, je donne des formations via Skype.

 

Johnny et Garou

 

Mais les différences ne s'arrêtent pas là. Si dans le pays de Johnny Hallyday le lait UHT est légion, dans celui de Garou, en revanche, il est beaucoup moins à la mode. Je dirai même qu'il n'en existe qu'une seule marque : le lait Grand Pré. Du lait qui n'est pas au frais, que l'on range dans un placard : mama mia. Quelle horreur. Trop dégueulasse. Non, non, ici, au Québec, du lait c'est frais, c'est froid, c'est dans un frigo. Un ré-fri-gé-ra-teur. Pardon...

 

Enfin, pour ce qui est de la consistance, c'est entre le lait écrémé, 1%, 2% ou 3,25% de matière grasse qu'il faudra choisir. En France, si mes souvenirs sont bons, c'est du lait entier, écrémé ou demi-écrémé que le consommateur peut acheter.

 

 

La question Facebook, pour conclure : toi oci tu trouves ke Garou ce n'est pas tip top, niveau nom de scène ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

sam 29/09/2015 05:42

Le lait est peut-être une "institution" au Québec, mais ce que vous appelez pompeusement du lait n'a pas grand chose à voir avec du VRAI lait: aucune consistance, aucun goût, même le 3%... Alors oui, on peut bien le boire comme de l'eau, puisqu'il en a déjà le goût!
Je ne sais pas si c'est à cause des bidouillages typiquement nord-américains: hormones, OGM, etc. mais avant de critiquer le lait UHT (dont je ne suis certes pas friand, mais qui lui, au moins, ressemble à du lait) les Québécois feraient mieux de réapprendre ce qu'est le goût - car c'est valable aussi pour le fromage, le pain, la viande et même les légumes!

franco-québécoise 09/10/2015 18:56

Eh bien c'est assez clair : ton séjour au Québec ne t'a pas laissé QUE des bons souvenirs...

Beah 13/03/2012 13:37

On a adopté le système du pichet et, effectivement, il faut un peu de technique pour l'ouverture au début, mais on s'y fait bien! Enfin je dis ça, mais le lait je ne m'en sers que dans la
pâtisserie, je n'ai jamais aimé ça, même enfant. Bonne journée!

Franco-québécoise 16/03/2012 00:32



Merci ! Bonne soirée :-)