Québec : mode d'emploi

Québec : mode d'emploi

Le Québec, vu, analysé et expliqué avec humour par une Franco-Québécoise de souche. S'invitent parfois coups de coeur, coups de gueule et chroniques, ayant ou non rapport avec la Belle Province. Bienvenue et bonne lecture !

L'autocueillette de pommes, une tradition au Québec

L'autocueillette de pommes, une tradition au Québec
L'autocueillette de pommes, une tradition au Québec

31 octobre. Veille de la Toussaint, journée d’Halloween, date de naissance de Michael London (alias Charles Ingals) et Saint-Quentin. C’est aussi la date à laquelle se rendre dans un verger de pommes pour faire de l’autocueillette commence à devenir quelque peu inadéquat ; c'est pourquoi il faut y aller et en profiter RIGHT NOW.

L'autocueillette de pommes est une activité que l'on fait généralement en famille, en couple ou avec son école (et, très rarement, en solo), le samedi, le dimanche après-midi ou, pourquoi pas un mardi, quand il fait beau de préférence et durant les mois de septembre et octobre. On appelle ça « aller aux pommes » et on repart avec un grand et gros sac bien rempli.

Aller aux pommes fait partie des sorties de plein air les plus appréciées au Québec et je dirais que sa cote de popularité arrive ex aequo avec la virée annuelle à la cabane à sucre.

L'autocueillette de pommes, une tradition au Québec

Si vous vous dites que cueillir des pommes, c’est nul, sachez que vous vous trompez. La vérité est ailleurs, à l’opposé, même, puisque cueillir soi-même ses pommes demeure une distraction fort plaisante. Et puis ça fait de magnifiques photos à mettre sur Facebook et Instagram.

De plus, les propriétaires de verger mettent en place divers petits à-côtés qui font en sorte que l'on peut facilement rester trois heures « aux pommes » sans voir le temps passer, sans s'ennuyer une seule seconde !

À leur arrivée, les autocueilleurs sont reçus par le personnel du site (généralement la famille propriétaire du verger), dans un climat où règnent bienveillance et convivialité. On les renseigne alors sur les différentes variétés de pommes et le goût propre à chacune (plutôt sucrée, plutôt acide…) ; sur leurs particularités (certaines sortes sont plus aptes que d'autres à survivre à la congélation, à supporter la chaleur du four...) ; ainsi que sur la manière dont le fruit se cuisine. Certaines variétés se prêtent plus aux tartes ou à la croustade, tandis que d'autres seront meilleures en compote, en confiture, etc.

L'autocueillette de pommes, une tradition au Québec

Les visiteurs paient ensuite leur future récolte (environ 10 dollars pour un seau contenant une petite dizaine de kilos de pommes) et ont alors le champ libre et le temps qu'ils veulent pour s'adonner à leur petite récréation écolo.

Pour les plus inquiets : on ne vous largue pas en plein verger, attention ! On a pensé à tout. Déjà, les allées de pommes sont très bien faites, très bien étudiées. Impossible de se « pommer » (!). Et puis de toute façon, les vergers ouverts au public ne sont pas si grands. Donc même si les allées étaient mal foutues, on ne pourrait pas s'y perdre.

Et si vous non plus vous n'y connaissez rien en pommes, en arbres en général, et en pommiers en particulier, pas de souci : on a encore pensé à tout. Les arbres sont identifiés par une lettre ou une couleur peinte sur leur tronc afin de pouvoir reconnaître les différentes sortes de pommes (Cortland, Gala, Empire, McIntosh, Spartan, Paulared, Lobo, etc.).

Il ne reste donc plus qu'à sélectionner vos variétés favorites et vous trouver une échelle qui, en plus de permettre l'accès au sommet de l'arbre, rend le tout amusant, acrobatique et très authentique.

L'autocueillette de pommes, une tradition au Québec

Si vous choisissez de vous installer à l'ombre, sous un pommier, n'oubliez pas : la pomme n'attend pas toujours le cueilleur pour quitter l'arbre. (À lire avec l’accent chinois.)

Nos amis les animaux de la ferme ainsi que la balade en carriole tirée par le tracteur font également partie du programme dans de nombreux vergers et, si vous le souhaitez, vous avez également la possibilité de prendre quelques kilos dans les jours qui suivent en achetant des produits à base de pommes à la boutique gourmande (tartes, beignets, compote, confiture, cidre, jus, beurre, caramel, sirop, gelée, etc.).

Se priver de pommes durant la semaine précédant votre sortie demeure une décision très sensée, afin d'avoir une grosse envie de pommes le jour P. La dégustation durant la cueillette étant autorisée mais surtout, à volonté, il n'est pas rare de s'entendre dire à son partenaire d'activités champêtres, entre deux pommiers, que l'on vient de croquer dans sa sixième pomme de la journée... !

L'autocueillette de pommes, une tradition au Québec
L'autocueillette de pommes, une tradition au Québec
L'autocueillette de pommes, une tradition au Québec
L'autocueillette de pommes, une tradition au Québec

Je n'imaginerais pas un automne sans aller aux pommes... !

Pour tout savoir sur l'autocueillette de fruits et légumes au Québec, cliquez ici !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

patquebec 04/10/2014 01:04

C'est quoi le jour P ?
Ca donne une terrible envie de pommes, ton article, argh !!

Franco-québécoise 04/10/2014 20:00

C'est le jour Pommes !