Québec : mode d'emploi

Québec : mode d'emploi

Le Québec, vu, analysé et expliqué avec humour par une Franco-Québécoise de souche. S'invitent parfois coups de coeur, coups de gueule et chroniques, ayant ou non rapport avec la Belle Province. Bienvenue et bonne lecture !

Michel Rabagliati et Paul

Michel Rabagliati et Paul

Je me suis détestée pendant de longues semaines, lorsque j’ai lu mon premier Paul : ce chef-d’œuvre a été délaissé dans ma bibliothèque pendant plus d’un an sans que je daigne l’ouvrir. Pire encore : mon ignorance de l’époque a engendré l’irréparable : MA MÈRE A OFFERT L'EXEMPLAIRE QU'ELLE POSSÉDAIT - Paul à Québec - À UNE AMIE DE FRANCE VENUE EN VISITE AU QUÉBEC IL Y A QUELQUES ANNÉES.

Paul, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement qu'Andrée te traite bien et je serai guérie.

À la p.33 de Paul a un travail d’été, ce fameux premier album que j’ai lu beaucoup trop tardivement, le jeune Paul, alors âgé de 18 ans, rencontre la bande avec qui il va travailler durant deux mois, dont Sylvie.

« - Salut Paul ! Eille ! T’as donc ben des gros sourcils !

- Euh.. Merci !..

- ‘Sont vraiment gros… »

Absolument hilarant, surtout quand on voit le dessin qui va avec !

Oui, elle a raison Sylvie, Paul a de gros sourcils. Et c'est normal : Paul, c'est Michel Rabagliati, Michel Rabagliati c'est le génie, l'artiste, et l'auteur derrière Paul, et Michel Rabagliati, il a de gros sourcils. Les Paul sont autobiographiques à 80% (chiffre avancé par le créateur de la bd), et cette révélation m'amène à la conclusion suivante : Rabagliati doit vraiment être un chic type !

Avant Paul, je me foutais carrément des bd. Je ne comprenais d'ailleurs pas les adultes qui étaient si accros à ce genre littéraire.

Avant Paul, je ne voyais pas non plus pourquoi la bande dessinée était considérée comme un art.

Avant Paul... je ne connaissais pas Paul, ce gars intelligent, sympathique et sensible qui nous ouvre la porte de sa vie sentimentale, familiale, sociale, professionnelle, bref, la porte de son simple quotidien, pourtant si captivant.

Le coup foudre fut immédiat : j'ai lu mon premier album dans un temps record et m'en suis procuré trois autres dans la foulée. Impossible de me priver de cet univers si attachant, si québécois et si admirablement dépeint.

Le bédéiste est un orchestre symphonique à lui tout seul. Il est à la fois le chef d'orchestre et les musiciens. Il joue du dessin, du récit, de la mise en scène, de la réalisation, et dirige le tout afin d'en faire une bande dessinée. Prodigieux !

Souvent, en lisant Paul, je me suis attardée une bonne minute sur telle ou telle vignette, fascinée. Les décors, le mode de vie, l'ambiance générale sont si fidèles au Québec que je n'ose imaginer le nombre d'heures que Michel Rabagliati a passé à observer tel coin de rue, tel magasin, telle forêt, l'intérieur de tel dépanneur, l'oratoire Saint-Joseph (magnifiquement dessiné à la dernière page de Paul à la pêche), etc.

Bien sûr, l'authenticité se retrouve également dans le langage et la série des Paul est écrite en bon québécois (sans toutefois être inaccessible pour un Français).

Quelques chiffres, petit cours de langue et kesstion facebook :

- 7 : c'est le nombre de Paul en librairie (Paul à la campagne, Paul a un travail d'été, Paul en appartement, Paul dans le métro, Paul à la pêche, Paul à Québec et Paul au parc, tous édités aux éditions de La Pastèque). C'est aussi le nombre de langues dans lesquelles sont traduits les albums de Michel Rabagliati.

- 2014 : c'est l'année à laquelle sortira le prochain Paul (en été, pour être un peu plus précise tout en restant quand même assez floue)

- 37 : c'est le nombre de boîtes de livres que possèdent Paul et sa fiancée, Lucie, lors de leur déménagement en 1997 (Paul dans le métro)

- souvent : c'est le nombre de fois où j'ai ri en lisant Paul

- plusieurs : c'est le nombre de fois où j'ai pleuré en lisant Paul

- 3 : c'est le nombre de Paul qu'il me manque et que l'on peut m'offrir en cadeau en tout temps

- 21h30 : c'est l'heure à laquelle je me suis couchée hier soir, terrassée par un terrible mal de tête

- Pauls vakantiebaantje : c'est la façon de dire Paul à la pêche en néerlandais

- la kesstion Facebook : et toi, i sont komen té sourcils ? nous brulons dimpatience 2 le savoire.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Cécile de Pinpin le Lièvre 19/12/2015 13:04

https://fr.video.search.yahoo.com/search/video;_ylt=A9mSs2ZpR3VWALgAMqljAQx.;_ylu=X3oDMTE0NnJybXBoBGNvbG8DaXIyBHBvcwMxBHZ0aWQDVUlGUkMwMV8xBHNlYwNzYw--?p=Paul+%C3%80+Quebec+Le+Film&fr=moz35
Je n'ai pas vu le film, mais ça ne saurait tarder à présent !

Franco-québécoise 22/12/2015 19:18

Il faut, ma chère !

patquebec 15/12/2013 15:39

ça donne envie de le découvrir...

Franco-québécoise 16/12/2013 16:22

Il faut, il faut ! En plus je lui ai écrit et il m'a répondu : c'est donc bel et bien un chic type.